LES SCEPTIQUES DU QUÉBEC

Si vous désirez soutenir financièrement la mission des Sceptiques du Québec et contribuer à la promotion de la pensée critique, vous pouvez devenir membre de l'organisme, vous abonner à la revue Le Québec sceptique ou faire un don.

Comme membre vous recevrez gratuitement la revue Le Québec sceptique en format électronique (PDF). Chaque membre en règle a un droit de vote à l'assemblée générale annuelle. Il peut poser sa candidature pour devenir membre du CA et d'autres comités, et ainsi influer sur l'orientation et les projets de l'association.

Futures visioconférences

  • 2024-03-13 : La loi de l’attraction: il n’y a pas de secret : Natacha Condo

  • 2024-04-02 : Fantastiques éclipses; de la frayeur à la raison (au Centre humaniste) : Jean-Louis Heudier

Le Québec Sceptique #2023-112
L’influence des médias et des idéologies

  

 

L’influence des médias et des idéologies

 Comme thème de ce numéro de la revue, nous avons choisi « l’influence des médias et des idéologies sur notre vision du monde et de nous-mêmes ». Ce thème est la suite et le complément du numéro précédent, qui portait sur la suggestibilité humaine et la contagion psychosociale.

Mais avant d’aborder le vif du sujet, parfois délicat aux yeux de certains, je vous propose en éditorial une comparaison entre les interdictions de fumer et les accusations d’islamophobie, de transphobie et d’autres x‑phobies. La question posée est la suivante : pourquoi les interdictions de fumer n’ont-elles pas abouti à des accusations de promotion de la haine des fumeurs, alors que la simple remise en question de l’idéologie du genre ou du port de symboles religieux par les personnes en position d’autorité mène à des accusations de discours haineux et de « vouloir les empêcher d’exister » ?

Le second éditorial vient de Guy Perkins, notre conférencier du mois de septembre, et porte sur la mauvaise presse faite au terme « sceptique » à cause de son appropriation par des groupes antivax, climatonégationnistes ou conspirationnistes.

L’influence des médias et des idéologies sur notre vision du monde et de nous-mêmes 

Dans le numéro précédent de la revue, nous avons vu plusieurs cas de personnes influencées par des policiers, des médecins, des avocats, des psychologues, etc. Cette influence est même amplifiée sous hypnose.

Nous avons aussi abordé le sujet des contagions sociales de certaines peurs, avec ces jeunes filles qui se pensaient empoisonnées, dans des pays musulmans, ou même en France, l’an passé, avec les supposées piqûres dans les boites de nuit.

Le premier article que nous vous proposons va plus loin. Son auteur, Steve Salerno, analyse l’effet des médias sur notre vision du monde. En effet, les journalistes préfèrent ne rapporter que ce qui est exceptionnel. Cependant, leurs articles nous laissent croire que ces événements exceptionnels sont beaucoup plus fréquents qu’ils ne le sont en réalité et cela nous mène à voir du danger là où il n’y en a que très peu, et même à voir de profondes luttes sociales, du racisme, du sexisme et de la violence partout !

L’article suivant, sur la subversion idéologique de la biologie, de Jerry A. Coyne et Luana S. Maroja, a fait la une du Skeptical Inquirer. Ces auteurs démontrent jusqu’à quel point les idéologies peuvent avoir un effet délétère menant à des interprétations biaisées et à la dénaturation des faits biologiques, pour qu’ils s’accordent avec l’idéologie dite progressiste. Après les religions, c’est maintenant cette « bien-pensance » progressiste qui rejette carrément les conclusions scientifiques tirées des recherches dans le domaine de la biologie et qui tente de modifier notre vision de la réalité pour qu’elle se conforme à leur nouvelle morale.

L’idéologie « progressiste » du genre a aussi fait son entrée au Musée de la civilisation à Québec. Annie-Ève Collin nous dresse un portrait détaillé de cette exposition et de son prosélytisme, qui ne sont pas appuyés par des données scientifiques crédibles, mais plutôt sur des interprétations biaisées de la réalité. Ces dernières alimentent ainsi certaines visions subjectives de « genre ».

Par exemple, on mentionne, dans cette exposition, qu’il y aurait près de 2 % de personnes intersexuées. Dans l’article suivant, j’explique d’où provient ce pourcentage et pourquoi il est 100 fois trop élevé.

Romain Gagnon vient de publier un livre, La biologie de l’amour. Nous reproduisons ici son chapitre 6, sur le dimorphisme sexuel, dans lequel il examine les différences entre les sexes chez l’humain en se basant sur les données de la biologie et de l’anthropologie. Les différences de comportement entre les hommes et les femmes ne sont pas que culturelles !

Le dernier article de cette section se veut une démonstration par l’absurde des incohérences engendrées par le discours « progressiste constructiviste et inclusif » lorsqu’il est appliqué à l’analyse du comportement animal « genré ».

Autres articles

François Legault a affirmé que « le catholicisme a aussi engendré chez nous une culture de la solidarité qui nous distingue à l’échelle continentale ». Daniel Baril critique cette affirmation et propose une origine naturelle à nos aptitudes qui ont mené à la social-démocratie.

L’article suivant, de François Doyon, analyse les limites imposées à la liberté de conscience et à la liberté d’expression par certains groupes religieux, surtout lorsqu’ils se sentent critiqués. Il souligne également les avantages donnés aux croyants et la prédominance culturelle et institutionnelle de la croyance en une réalité surnaturelle (théonormatisme) dans nos sociétés.

Vient ensuite le compte-rendu de la conférence d’Olivier Bernard, alias le Pharmachien, donnée en juin 2022. Il nous raconte comment la science et les scientifiques sont sous attaque, avec « l’empire de la désinformation ». Il nous suggère quelques pistes de solution pour contrer toute cette désinformation propagée par les médias.

Vous voulez comprendre mieux ce qu’est la physique quantique, la vraie, et pas celle des nouvel-âgeux ? Daniel Fortier nous éclaire sur cette science et en vulgarise le contenu.

Finalement, dans la Chronique du rétroviseur, nous republions un texte du Dr Henri Atlan sur l’efficacité des pseudomédecines.

 

Dernière visioconférence en ligne

Le plus récent Québec sceptique en ligne #2023-111
Mémoire faillible et déraison

ouvrir  télécharger  

Mémoire faillible et déraison

Un courriel reçu de la part du Dr Lloyd Hawkeye Robertson, psychologue, sur le désir de certaines personnes de retrouver des souvenirs supposément réprimés, sert d’introduction à cette section. Notons ici que cette hypothèse de souvenirs réprimés n’a jamais été confirmée scientifiquement.

Vient ensuite le compte-rendu d’une conférence du Dr Gudjonsson sur la suggestibilité des accusés et des témoins lors des interrogatoires faits par la police, qui ont mené certains accusés à faire de faux aveux et à être condamnés pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Des tests mesurant leur intelligence, leur capacité de comprendre ce qui se passe, leur suggestibilité et leur tendance à acquiescer ou à confabuler ont permis d’en innocenter plusieurs.

L’article suivant, du Dr Lees-Haley, publié originellement dans Quackwatch, porte sur les poursuites en justice faisant suite à la croyance infondée selon laquelle des moisissures causent des dommages neurologiques importants. On y verra certains des mécanismes en action dans les poursuites, alimentés par des avocats, incluant des exagérations et des mensonges, ainsi que des effets psychiatriques réels (nocebo) chez les gens qui se croient affectés par de supposées neurotoxines dont l’effet n’était qu’hypothétique à l’époque.

Nous avons aussi traduit un article de David R. Grimes portant sur le raisonnement motivé (ou rationalisation), qui brosse un portrait de ce biais cognitif et en donne plusieurs exemples, incluant la théorie génétique pseudoscientifique de Trofim Lysenko en Russie communiste, l’apocalypse manquée de la secte des Seekers et le climatoscepticisme.

R. Bartholomew nous livre ensuite une analyse de ce qui serait, selon lui, un phénomène de contagion psychosociale, chez des écolières en Iran qui se croient victimes de tentatives d’empoisonnement et qui tombent comme des mouches. Ce serait, selon lui, similaire aux supposées attaques soniques contre les diplomates américains à Cuba : des effets psychologiques réels, liés à la peur, mais néanmoins un effet nocebo. En annexe, une discussion avec l’auteur concernant la vague de piqûres dans les boîtes de nuit en Europe en 2022.

La chronique du rétroviseur est aussi associée au thème principal, avec un ensemble d’articles sur la fabrication des souvenirs et sur les faux souvenirs supposément refoulés et retrouvés, souvent sous hypnose : enlèvements par des extraterrestres, abus sexuels, vie intra-utérine, vies antérieures.

Autres articles

Nous introduisons ici une section consacrée au courrier des lecteurs, contenant certaines de nos interventions auprès de lecteurs et de journalistes. On y aborde 1) une question sur l’apparition de grosses galaxies très tôt dans l’histoire de l’univers, ce qui remettrait peut-être en question le modèle cosmologique actuel, 2) l’oxygénothérapie hyperbare et ses supposés bienfaits, 3) l’astrologie à Radio-Canada, 4) un documentaire sur les coïncidences et 5) la possibilité de créer un organisme gouvernemental dédié aux phénomènes aériens non identifiés.

Mario Labelle répond ensuite à une chronique du journal Le Devoir, de Josée Blanchette, qui planche sur des croyances infondées. Elle y fait l’apologie de livres sur les expériences de mort imminente qui, supposément, ouvrirait une porte à une meilleure compréhension de ce qui arrive après la mort…

François Doyon se penche sur certaines traductions erronées de la Bible qui ont pu avoir des impacts très négatifs sur certains groupes : femmes noires, homosexuels. L’une de ces traductions serait aussi à l’origine de la croyance en la virginité de Marie.

Sébastien Point nous donne ensuite une recette pour bien différencier la science, basée sur une démarche expérimentale, des pseudosciences. Cet article est suivi d’un échange avec le soussigné concernant certains domaines de connaissances. La question suivante est posée : l’histoire, la psychologie et la sociologie sont-elles des sciences ?

Philippe Thiriart nous entretient aussi de la place des délibérations en politique libérale et dans les sciences. Le rôle des associations sceptiques y est justifié.

Enfin, Claude Coulombe nous introduit à la « façon de penser » de l’intelligence artificielle connue sous le nom de ChatGPT, ainsi qu’aux enjeux éthiques et aux problématiques liés à certaines de ses utilisations (la génération rapide de fausses nouvelles, par exemple).

Facebook SdQ

Conférences SdQ

Blogs Sceptiques

Youtube Sceptiques