LES SCEPTIQUES DU QUÉBEC

Sommaire de la revue



ouvrir

Prix Sceptique et Fosse septique
D’abord, nous soulignons l’attribution du prix Sceptique 2021 à Joseph Facal, mieux connu comme chroniqueur au Journal de Montréal pour son analyse critique des enjeux sociaux.

Par ailleurs, nous remettons le prix Fosse septique à la mouvance antivax pour sa promotion très efficace de fausses nouvelles par un usage extensif des technologies numériques actuelles.

Réchauffement climatique
Cette section de la revue couvre certains enjeux liés à la transition énergétique nécessaire pour faire face au réchauffement climatique. Nous y reproduisons deux articles de la revue Science et pseudo-sciences dans lesquels les rédacteurs ont monté un dossier complet sur ce sujet, sous la direction de Jean-Paul Krivine. Le premier article fait bien le tour de cette question, alors que celui de François-Marie Bréon souligne certains des problèmes de l’Allemagne, qui a investi énormément dans les énergies dites renouvelables, mais sans arriver à vraiment diminuer son empreinte carbone…

Médecine
Cette seconde section aborde certains nouveaux développements dans la recherche sur les placebos, ainsi que des questions soulevées sur le traitement pharmacologique de la dépression. Mario Labelle nous donne un résumé du livre du psychologue Irving Kirsch, qui soutient que plusieurs antidépresseurs n’agissent que comme des placebos actifs.

Le troisième article de cette section, écrit par Joe Schwarcz, présente les allégations farfelues du « médium médical » Anthony William, supposément révélées par un esprit, et auxquelles croit le joueur de tennis professionnel Novak Djokovic. On y « apprend », entre autres, les vertus médicinales extraordinaires de la coriandre comme agent « détoxifiant » !

Dysphorie du genre et transidentités
Les textes du dernier numéro de la revue ont généré de nombreux commentaires critiques, surtout lors de leur annonce sur Facebook avec la présentation de la section « dans ce numéro ».

Le premier article de cette section, d’Annie-Ève Collin, se veut un commentaire critique de l’article du biologiste Álvaro Bayón, paru dans le numéro précédent de la revue. Elle revient sur la détermination du sexe « biologique » et l’utilisation à outrance de la naissance de bébés intersexués pour justifier les transidentités. Elle explique aussi que certaines personnes, dont des conservateurs, n’emploient pas vraiment la notion de genre telle qu’elle est comprise dans le cadre de l’idéologie du genre.

Dans un second article, le soussigné répond à une partie des commentaires qui ont été exprimés à propos de certains textes du numéro précédent. Des doutes sérieux ont été émis au sujet de l’impartialité, des conflits d’intérêts et des conclusions alléguées biaisées d’auteurs d’articles scientifiques sur le sujet du traitement de la dysphorie du genre.

Psychologie
Le psychoéducateur Serge Larivée nous offre un compte-rendu du livre de Thierry Ripoll, intitulé Pourquoi croit-on ? Rappelons que Ripoll nous a donné une conférence sur un sujet connexe au mois d’avril 2022.

Chronique du rétroviseur
Nous poursuivons avec la seconde « Chronique du rétroviseur » de Mario Labelle, qui propose six excellents textes publiés durant les années 1990-1992 dans notre revue, textes qui permettent de constater quelles étaient les préoccupations sceptiques de cette époque. On peut ainsi s’apercevoir que certaines de ces préoccupations sont encore d’actualité aujourd’hui.

On y rapporte une visite au Salon du nouvel âge (Benoit Desjardins), une entrevue avec l’un des membres fondateurs des Sceptiques du Québec, Philippe Thiriart (Johanne de Bellefeuille), le résumé d’une chronique de David Suzuki (Gary O’Brien), un survol des « religions » extraterrestres (Claude Mac Duff), une critique de l’homéopathie (Raymond Chevalier) et les réflexions d’Isaac Asimov sur la science et la raison.